1. L’esprit de la réforme

Grâce aux réformes entreprises dès notre arrivée, nous commençons à enregistrer des résultats encourageants sur le front de l’emploi et du niveau du chômage dans notre pays (cf taux de chômage à un niveau le plus bas depuis 10 ans ; cette diminution du chômage ne s’est pas faite au détriment de la qualité des emplois créés, bien au contraire. Le taux d’emploi en CDI progresse depuis 2017 ; en 2018 4 millions de CDI ont été signés, ce qui constitue un record).

Il faut amplifier l’effort.

La réforme des règles de l’assurance-chômage est faite pour lutter contre le chômage et la précarité de l’emploi. En effet, aujourd’hui, 87% des embauches se font en CDD et intérim .

La raison même de cette réforme : changer des règles pour faire évoluer les comportements. Par exemple, pour les entreprises : le bonus-malus va inciter à proposer davantage de CDI, ou quand ce n’est pas possible, des CDD ou des intérims plus longs, un peu moins précaires.

Aujourd’hui :

  • Une entreprise sur deux déclare avoir des problèmes de recrutement.
  • Avec les règles actuelles il est possible en entrant au chômage de gagner plus que ce que l’on gagnait en moyenne chaque mois en étant salarié.
    • Exemple : une personne qui a travaillé pendant un an en moyenne 15 jours par mois à 1,5 SMIC aura gagné chaque mois 880€ nets environ… mais touchera pendant six mois une allocation nette de 1 200€.
    • Plus de 20% des chômeurs indemnisés sont dans ce cas, et perçoivent une allocation mensuelle supérieure à leur salaire mensuel moyen quand ils travaillaient.

Demain :

  • Tout d’abord, rien ne change pour les personnes actuellement indemnisées.
  • Les nouvelles règles commenceront à s’appliquer pour les personnes qui s’inscriront à Pôle emploi à partir du 1er novembre 2019.

 

  1. A partir du 1er novembre

Nouvelle règle d’éligibilité et de rechargement des droits.

  • Il faudra avoir travaillé 6 mois sur 24, au lieu de 4 sur 28 avant.
  • Et la France restera parmi les pays où les conditions pour avoir accès au chômage sont parmi les plus protectrices.

De nouveaux droits pour les salariés : Ouverture de l’assurance chômage aux salariés démissionnaires

  • Tous les salariés ayant au moins 5 ans d’ancienneté dans leur entreprise auront droit à l’assurance chômage quand ils démissionnent pour réaliser un projet professionnel.
  • Tous les salariés seront gratuitement accompagnés pour élaborer et réaliser leur projet professionnel avant de démissionner.
  • Une commission paritaire validera le caractère réel et sérieux de leur projet professionnel : reconversion par la formation, reprise ou création d’entreprise. Toutes les infos sur www.demission-reconversion.gouv.fr

De nouveaux droits pour les travailleurs indépendants :

  • Les travailleurs indépendants auront désormais droit à 800 euros par mois pendant 6 mois, sans cotisation supplémentaire.

Dégressivité au début du 7ème mois pour les salaires supérieurs à 4 500 € mensuels :

  • Le plafond d’indemnisation et son niveau resteront identique les premiers mois. Mais une dégressivité est désormais instaurée : avec 3.8%, il n’y a presque plus de chômage des cadres.

Quand l’économie repart, il faut retourner vers l’emploi.