Vendredi 5 Juillet, Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation se déplaçait dans le département du Gard.

Au programme : visites d’exploitations ravagées par l’incendie du 28 juin, constatations des dégâts causés par les feux, rencontres de sinistrés, inauguration du Mas des agriculteurs à Nîmes, rencontres avec les organisations professionnelles agricoles à la Chambre d’agriculture.

Dans le département du Gard, c’est au total 550 hectares de végétation qui ont été dévastés vendredi 28 juin par les incendies. La profession agricole était sur le terrain à Montfrin ainsi qu’à Bouillargues pour  les exploitations détériorées suite à la canicule et aux incendies.

Récemment, le Ministre déclarait que l’agriculture française devrait revoir sa façon de voir les choses. Il orientait son propos autour de 3 axes : prévention, réparation et évolution.

  • Au niveau de la prévention, les filières agricoles doivent mieux s’équiper. Nous devons tenter d’inscrire cette prévention dans la nouvelle politique agricole commune
  • Sur la réparation, une grande réflexion doit être menée en partenariat avec le monde agricole, les banques, les assurances ce qui nous permettra de mieux envisager le futur afin de mettre en place une assurance généralisée pour les agriculteurs afin qu’ils puissent avoir un retour. L’agriculture est la seule économie où l’assurance  n’est pas obligatoire.
  • En discussion avec l’ensemble des responsables agricoles, nous devons réfléchir à une nouvelle agriculture pour la faire évoluer, penser notre nouvelle agriculture.

      

Par la suite, cette visite a donné lieu à l’inauguration du Mas des Agriculteurs.

Cette structure est l’aboutissement d’une idée novatrice. Il participe à promouvoir une agriculture gardoise de qualité et respectueuse de l’environnement, à valoriser nos produits et producteurs locaux et à favoriser les circuits courts.

    

La Charte d’Engagement Producteurs du Mas des Agriculteurs c’est :
– La philosophie du Mas des Agriculteurs : mettre à la disposition des clients des produits issus du circuit court, sains, avec du goût et au juste prix.
– Les producteurs gardois respectant tous les engagements de la charte du MDA sont prioritaires
– Les produits qui reflètent le potentiel qualitatif du terroir et du savoir-faire local sont favorisés : AOP, IGP, label de référence
– La traçabilité de tous les fruits et légumes sera attestée par les certificats adéquates (Ecocert pour le bio, …)
– Le goût : les indices de maturité des fruits feront l’objet de contrôles. Un taux de sucre insuffisant ou une acidité trop élevée entraîneront le refus du produit
– Chaque producteur viendra régulièrement au magasin présenter ses produits aux clients
– Les produits sont présents que pendant la période de production de la région
– L’agriculture raisonnée est la base, les OGM sont interdits. Un agriculteur qui n’a pas de préoccupation environnementale affichée et contrôlable n’est pas admis en tant que fournisseur.
– La priorité est accordée à la qualité gustative : celle-ci est favorisée par le circuit court qui permet une réduction des délais de transport et de stockage avant la mise en vente.
– Les producteurs sont payés de la manière la plus juste : l’absence d’intermédiaire aboutit à ce que tout le monde y gagne, producteur comme consommateur