Contexte : Les chiffres du chômage pour le premier trimestre 2019 ont été publiés par l’INSEE. En moyenne sur le premier trimestre 2019, le taux de chômage au sens du BIT diminue de 0,1 point après une baisse de 0,3 point le trimestre précédent. À 8,7 % de la population active en France (hors Mayotte), il est inférieur de 0,9 point à son niveau du 1er trimestre 2017. Il s’agit de son plus bas niveau depuis début 2009.

C’est une baisse du chômage, certes, mais elle est très légère ?            

  • Le chômage est à son niveau le plus bas depuis dix ans (début 2009).
  • Depuis le début du quinquennat, la baisse du chômage est continue. Le chômage des jeunes et le chômage de longue durée ont eux aussi singulièrement baissé.
  • Il faut donc continuer avec cohérence, constance et détermination sur la voie engagée depuis le début du quinquennat.

A ce rythme-là, sera-t-il possible d’arriver à 7 % de chômage à la fin du quinquennat ? Ou au plein emploi annoncé par le Président de la République pour 2025 ?

  • Notre ambition est bien de bâtir un pacte productif permettant de viser le plein emploi pour 2025, comme l’a annoncé le PR au cours de sa conférence de presse du 25 avril.

Pourquoi le rythme de la baisse du chômage a-t-il ralenti?

  • Le niveau de croissance dans l’Union européenne a été plus faible qu’il n’était il y a un an ou deux ans. Il y a eu également un certain nombre d’incertitudes dans les perspectives économiques, comme  les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine…
  • Quoi qu’il en soit, notre objectif reste le même: c’est faire en sorte que le travail paye, que chacun soit incité et puisse effectivement retrouver un travail, et que l’on crée plus d’emplois afin “d’avoir une diminution constante du taux de chômage”. Nous ne voulons pas nous  “contenter d’une fatalité selon laquelle en France, on aurait un chômage de masse” (E. PHILIPPE, France Info, 16/05/19).