Le Président de la République a participé au dîner du centième anniversaire de l’Organisation internationale des constructeurs automobiles qui réunissait des dirigeants internationaux d’entreprises, des représentants des fédérations de l’automobile du monde entier, ainsi des équipementiers automobiles.

  • Le Président de la République a partagé sa vision de la filière automobile, rappelé l’importance de cette industrie pour la France, notamment en termes d’emploi, et l’attractivité du pays pour le secteur automobile (compétences, capacité d’innovation, infrastructures, qui font aujourd’hui de la France le 1er pays pour les investissements internationaux en matière automobile).
  • Il a affirmé sa volonté que la France prenne le virage du véhicule du futur et que l’ensemble de la filière industrielle, avec l’appui de l’Etat et des collectivités, se mette en ordre de marche pour produire les véhicules de demain. Pour y parvenir, le Président a fait une série d’annonces permettant d’accompagner la filière dans ce tournant :

1/ Favoriser l’accessibilité du véhicule électrique : le Président a annoncé l’élaboration, courant 2019, d’une trajectoire pluriannuelle jusqu’en 2022 du bonus sur les véhicules à zéro émission. (et non plus d’une année sur l’autre). Il a aussi invité les constructeurs à proposer des offres commerciales attractives, sur le neuf et sur l’occasion, pour inciter les Français à franchir le pas.

2/ Encourager le développement du véhicule électrique / hybride rechargeable : Le cap des 100000 bornes publiques d’ici 2022 sera largement atteint. Un plan d’accélération du déploiement de bornes sera prochainement mis en place pour améliorer les capacités de recharge au domicile et sur le lieu de travail (en clarifiant le fait qu’il ne s’agit pas d’un avantage en nature).

3/ La création d’une filière française et européenne de batterie : le Président a annoncé une contribution de la France à hauteur de 700 M€ pour le développement d’une filière européenne industrielle de production de batteries. Ce montant permettra de construire un partenariat européen autour d’un consortium franco-allemand.

4/ Développement du véhicule autonome et connecté : le Président a affirmé sa volonté de déployer sur des territoires, d’ici 2021, des services de transport basés sur des véhicules autonomes. L’objectif est de faire de la France le pays le plus en pointe en Europe en matière d’accueil du véhicule autonome.