Ambulanciers : « pas d’ubérisation mais une rationalisation » (A. Buzyn, LCP, 05/11/2018). Seuls les transports inter-hospitaliers sont concernés

Contexte : des ambulanciers ont manifesté ce matin à Paris, place de la Concorde et devant l’Assemblée nationale. Ils protestent contre la modification de l’article 80 de la loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) 2017, entrée en vigueur le 1er octobre, qui transfère aux hôpitaux la charge des transports inter-hospitaliers, jusque-là pris en charge par l’Assurance maladie.

  • Depuis le 1er octobre, la prise en charge des transports inter-hospitaliers des patients revient directement aux hôpitaux et cliniques plutôt qu’à l’Assurance maladie.
  • Seuls les transports entre deux établissements de santé sont concernés ; pas les autres  transports. Les établissements du champ médico-social, notamment les établissements pour personnes en situation de handicap, ne sont pas concernés.
  • L’objectif est que les établissements de santé « rationalisent leurs transports »  dans un contexte où « les dépenses de transport ont considérablement augmenté d’année en année ». (A. Buzyn, LCP, 05/11/2018). L’idée, c’est par exemple qu’un hôpital qui aurait deux malades venant d’un même village puisse imposer un moyen de transport commun à ces deux personnes plutôt que de laisser chacun choisir son ambulance et être remboursé par la sécurité sociale.
  •  « Ce n’est pas de l’ubérisation » comme l’allèguent les ambulanciers, qui affirment que les établissements privilégieront les grands groupes au détriment des petites structures, « c’est de la rationalisation ». « J’ai été très vigilante à protéger [leur profession], contrairement à ce qu’ils peuvent penser » (ibid.)
  • « Nous sommes très attentifs à la mise en œuvre de cette réforme » (A. Buzyn, QAG, 06/11/2018). Un comité de suivi s’est tenu le 3 octobre dernier avec les fédérations hospitalières et avec les usagers.
2018-12-04T11:17:52+00:004 décembre 2018|Dossier en cours / Note d'information|Commentaires fermés sur Ambulanciers : « pas d’ubérisation mais une rationalisation » (A. Buzyn, LCP, 05/11/2018). Seuls les transports inter-hospitaliers sont concernés