Contexte : de façon symbolique, à partir d’aujourd’hui à 15h35, les femmes travaillent gratuitement jusqu’à la fin de l’année en raison des écarts de salaires entre les femmes et les hommes. La newsletter Les Glorieuses a lancé le hashtag #6novembre15h35 pour protester contre ces écarts. 

  • Les inégalités salariales entre les hommes et les femmes sont illégales depuis 45 ans (loi du 22 décembre 1972) mais persistent malgré tout : il existe toujours un écart de 25% entre hommes et femmes, dont 9% à travail égal et compétences égales.
  • « Ce Gouvernement a décidé de passer de la théorie à la pratique et d’agir concrètement pour y mettre fin. » (M. Schiappa, QAG, 06/11/2018).
  • Grâce à la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » promulguée en septembre :
  • les entreprises doivent être transparentes sur les écarts de salaire qu’elles pratiquent ;
  • … et consacrer une enveloppe de rattrapage salarial en faveur des femmes en cas d’écarts ;
  • si la différence persiste, elles seront sanctionnées.
  • Le plan d’action du Gouvernement pour l’égalité professionnelle comprend également  la multiplication par 4 du nombre de contrôles de l’inspection du travail sur le sujet de l’égalité professionnelle, en passant de 1 700 à 7 000 contrôles par an.