SAINT AMBROIX

Commune du Gard, située dans les Cévennes.

La commune s’étend sur 11,7 km2 et compte 3367 habitants appelés les Saint-Ambroisiennes et Saint-Ambroisiens.

Son maire est Jean Pierre De Faria, élu en 2014.

Saint-Ambroix est une ancienne capitale de la soie. Carrefour touristique et commercial des Cévennes, la ville est située proche du Parc national des Cévennes dans un site particulièrement pittoresque dominé par le rocher de Dugas et son remarquable ensemble en grande partie médiéval, comprenant l’ancien château, la tour de l’horloge et la chapelle de la Vierge ainsi que la fameuse tour Guisquet sur un promontoire qui lui fait face au sud. Elle est traversée par la Cèze, endiguée sur sa rive gauche pour protéger des crues le faubourg du Paradis.

Par sa situation géographique privilégiée, Saint-Ambroix constitue le point de départ de multiples itinéraires touristiques notamment en direction de la verdoyante haute vallée de la Cèze.

Cité médiévale

Saint-Ambroix est une cité historique dont l’existence est marquée par le passage de ses ancêtres. Ville fortifiée au Moyen-Âge, elle va par la suite se développer commercialement et industriellement.

Saint-Ambroix doit aussi son développement à ses anciennes foires réputées et à son marché hebdomadaire  qui prend place chaque mardi matin depuis plus de 650 ans. C’est un véritable pôle commercial où s’organise autour des fontaines et des larges boulevards un commerce actif et très diversifié.

 

Patrimoine

La Chapelle du Dugas est un monument faisant partie intégrante de l’histoire et du patrimoine de Saint-Ambroix. Implanté sur un plateau rocheux s’élevant à plus de quarante mètres de haut, l’édifice surplombe la ville, semblant la prendre sous sa protection.

La construction de la chapelle Dugas est l’œuvre de l’abbé Salignon. En 1629, le château seigneurial fut rasé et les fortifications démantelées sur ordre de Louis XII. En 1867, alors devenues qu’une terre à mûriers, l’abbé Salignon racheta les ruines du Dugas afin d’y entreprendre la construction d’une chapelle aux allures de forteresse.

La légende du Volo-Biou. Il y a fort longtemps, à Saint-Ambroix, la récolte de raisin fut plus qu’abondante. Toutefois, le vin se piqua. Catastrophe sans précédent pour les Saint Ambroisiens qui sont passés des lamentations au mécontentement.

Le consul eut une idée ! On annonça dans toute la région qu’un bœuf volerait à Saint-Ambroix.

Les gens vinrent, par milliers, voir défiler, sous une chaleur torride, le bœuf somptueusement harnaché. Seule boisson disponible : le vin ! Aussi quand le bœuf s’envola au sommet de la colline, il n’en restait plus une seule goutte.

 

Le Moulin Bonnet est un patrimoine industriel exceptionnellement bien conservé. Les installations et les machineries sont encore visibles à l’intérieur du bâtiment, restauré en 2008.

Le premier moulin date du XIIème siècle. Depuis sa construction, il n’a cessé d’évoluer et de se moderniser. En 1885, le moulin devint une minoterie. Le bâtiment fut rehaussé de deux étages. Un an plus tard, la bâtisse fut achetée par Eugène Bonnet. Tandis qu’un four à pain moderne fut installé en 1931 utilisant la vapeur d’eau pour transmettre la chaleur, le moulin à huile ferma la même année. Le 30 mars 1963, la minoterie cessa de fonctionner, puis en 1948 ce fut au tour du four.

La Tour Guisquet. Vieille d’environ 160 ans, la Tour Guisquet est une construction dont l’origine relève plus de l’anecdote que du fait historique.

L’histoire raconte que vers 1850, le fameux rocher où s’élève désormais la Tour fut  l’objet d’une procédure entre les familles Guisquet et Manifacier qui en revendiquaient la propriété. Le jugement fut rendu en faveur de Monsieur Guisquet qui, afin de témoigner de sa victoire, fit construire sur le rocher une tour à son nom.

 

Cité européenne

La ville de Saint-Ambroix est tournée vers l’Europe depuis les fondations de cette institution. En effet, le jumelage avec la ville d’Asslar en Allemagne date du 28 mai 1966. Une ville Italienne, Fossato Di Vico, est également jumelée avec notre cité depuis le 18 mai 2002.

Plusieurs relations ce sont liés au fil du temps entre les comités de jumelages, les municipalités, les établissements scolaires, le club de Hand-Ball, les Sapeurs-pompiers etc.
Chaque année, les différents acteurs de ces jumelages organisent des rencontres fraternelles œuvrant dans l’esprit Européen au rapprochement des peuples, pour la paix entre les nations.

C’est à cette association que la ville de Saint-Ambroix doit son marché de Noël, le premier samedi du mois de Décembre.

 

2018-09-24T14:06:32+00:0024 septembre 2018|Village de la quinzaine|Commentaires fermés sur SAINT AMBROIX