2ème séance : Immigration maîtrisée et droit d’asile effectif

Aucune femme, aucun homme, aucun enfant ne choisit de quitter son pays, sa terre, sa famille, de gaieté de cœur.

Qu’il fuit son pays, pour sauver sa vie, parce que des menaces de mort pèsent sur lui, du fait de guerre ou bien de persécutions parce qu’il est une cible politique, religieuse ou sociale.

Qu’il quitte le lieu où il a toujours vécu parce que la vie y est si difficile qu’il ne peut y imaginer un avenir, qu’elle cherche à se soustraire à des coutumes barbares telles que l’excision pour elle ou pour protéger ses enfants ou qu’il réponde à un rêve de vie meilleure dans un occident idéalisé, jamais un migrant ne prend la décision de quitter son pays avec légèreté.

Pour toutes ces personnes arrivant sur le sol français, demandeurs d’asile ou migrants économiques, le parcours aura été périlleux, toujours difficile, parfois inhumain. Il est un consensus que de dire que ces parcours migratoires sont infiniment plus risqués pour les personnes vulnérables, dont les femmes.

Toujours plus exposées à toutes les étapes de leur trajet, aux violences, physiques et surtout sexuelles, à l’exploitation, au harcèlement, elles représentent plus de 50% de la population immigrée dans notre pays et plus de 40% des personnes sous protection de l’OFPRA.

C’est parce que les femmes restent dans une situation de vulnérabilité accentuée et qu’il revient à la France d’assurer leur protection et de veiller à ce qu’elles bénéficient d’un accueil spécifique que la Délégation aux droits des femmes, que je représente, a souhaité se saisir de ce projet de loi et d’apporter un focus sur ces personnes vulnérables.

 

Voici la vidéo de mon intervention :

2018-07-11T10:02:18+00:0016 avril 2018|Délégation droits des femmes|Commentaires fermés sur 2ème séance : Immigration maîtrisée et droit d’asile effectif